HypoglycémieHyperglycémieAcétoneMaladieA jeunHospitaliséVoyages


Définition 
Signes 
Que faire 
Prévention 

[Accueil][Le diabète][Déséquilibre][Hypoglycémie][Définition]

Retour au sommaire du chapitre "Déséquilibre"

L' hypoglycémie : définition

Qu'est ce qu'une hypoglycémie ? C'est une baisse anormale du taux de sucre dans le sang.

Pourquoi un diabétique ferait-il une hypoglycémie, alors que le diabète entraîne une hausse du taux de sucre dans le sang, qu'on appelle hyperglycémie ? En raison du traitement ! L'insuline ou les médicaments hypoglycémiants servent à abaisser le taux de sucre dans le sang, à ramener ce taux à la normale. Mais parfois ils peuvent dépasser leur but, agir trop fort et entraîner une baisse anormale du sucre dans le sang.

Dans le diabète de type 2 (sans insuline), les hypoglycémies ne peuvent être dues qu'aux médicaments hypoglycémiants type sulfamides hypoglycémiants. Il faut savoir qu'elles existent, surtout le soir vers 18 heures ou en cas d'efforts physiques importants. Ils est très facile de ne plus en faire en diminuant le traitement.

Dans le diabète de type 1 traité par insuline, vous n'obtiendrez un bon équilibre qu'au prix du risque d'augmentation des hypoglycémies. qui restent évitables grâce la rigueur thérapeutique et la surveillance glycémique. Elles sont exceptionnellement dangereuses mais peuvent être une gêne dans la vie de tous les jours. Elles sont souvent mal vécues. C'est la raison pour laquelle certains diabétiques préfèrent, à tort, rester en hyperglycémie ce qui ne gêne pas la vie quotidienne, mais qui est extrêmement néfaste à long terme en raison des complications qu'elle entraîne.

Que se passe-t-il quand le taux de sucre baisse ? Le cerveau, qui se nourrit presque exclusivement de glucose, est mis en alerte dès que le taux baisse. Il provoque un malaise, déclenche le besoin de s'alimenter et donne l'ordre au foie (là où est stocké le sucre - voir le chapitre qui explique le rôle de l'insuline) de libérer d'urgence du glucose dans la circulation sanguine. Cet ordre est donné par l'intermédiaire d'hormones comme le glucagon ou l'adrénaline.

A partir de quel niveau de glycémie parle-t-on d'hypoglycémie ? En réalité le seuil de déclenchement des réactions du cerveau est variable d'un individu à l'autre. Si vous êtes habitués à être constamment en hyperglycémie, le seuil peut être relativement haut et à l'inverse si vous faites régulièrement des hypoglycémies, vous allez abaisser rapidement ce seuil : on dit que l'hypoglycémie répétée désensibilise le cerveau. Les manifestations de l'hypoglycémie sont alors atténuées. Ceci est d'autant plus dangereux qu'il n'existe plus de signes annonciateurs et si la glycémie continue de descendre, on risque d'emblée le coma hypoglycémique, la perte de conscience brutale. Malgré tout, il est beaucoup plus important d'obtenir un bon équilibre de son diabète et d'apprendre à reconnaître ses hypoglycémies que, pour s'en protéger, de choisir de rester en hyperglycémie : le prix à payer en complications est très lourd (voir le chapitre "complications")

Pour vous donner des repères, en cas de diabète traité par insuline ou par des médicaments hypoglycémiants : si vous ressentez des symptômes compatibles avec une hypoglycémie, vérifiez votre glycémie au bout du doigt avec votre lecteur : si vous trouvez un chiffre inférieur à 0,70 g/l, on peut parler d'une hypoglycémie. Si vous ne ressentez aucun symptôme, mais que votre lecteur affiche un chiffre inférieur à 0,50 g/l, alors il faut considérer que votre taux est trop bas et que vous êtes en hypoglycémie "non ressentie".

[Accueil][Le service][Le diabète]

Mis à jour en novembre 2013 - Copyright (c) 2004 Tous droits réservés.